top of page
Rechercher
  • Guillaume ALLEMAND

« Priorité pour l’environnement » : réaction au dernier magazine municipal Chroniques Lerptiennes


« Priorité pour l’environnement » : l’association Lerpt-Environnement réagit au magazine municipal Chroniques Lerptiennes n°14 d’avril 2023


Alors que nous allons fêter nos 30 ans d’existence cette année, nous avons découvert la couverture du dernier numéro de Chroniques Lerptiennes qui nous a agréablement surpris par le titre principal : Priorité pour l’environnement !

Notre enthousiasme a été fortement atténué à la lecture du contenu du magazine et nous nous posons la question suivante : la municipalité est–elle vraiment consciente des enjeux environnementaux ou ferait–elle du greenwashing ?

Dans l’article sur l’environnement, la plupart des décisions prises par la municipalité sont liées à des obligations législatives et/ou des contraintes techniques qui découlent du contexte (augmentation du coût de l’énergie, sécheresse, …). D’où notre questionnement : quelle est la part réelle de volonté politique environnementale de la part de la municipalité ?

Nous sommes extrêmement surpris que les « trois grands projets ambitieux » cités dans l’article (tribune et boulodrome, espace culturel et école Pasteur), n’aient que peux de rapport avec l’environnement, si ce n’est qu’ils respectent les nouvelles normes de construction.


Concernant la modernisation des équipements mis en avant dans le magazine, incluant les travaux de rénovation (logiciels, mise à jour informatique, accueil de la mairie, démolition/reconstruction de la tribune et boulodrome, rénovation et extension de l’espace culturel et enfin réaménagement des préaux, cours et parvis de l’école Pasteur) ne nous semblent pas relever à proprement parler d’une action environnementale.

En quoi le fait de lister tous les travaux prévus par la municipalité vient étayer et affirmer une volonté politique environnementale ?

De plus, nous nous interrogeons sur le bien-fondé des investissements alloués aux travaux de démolition/reconstruction de la tribune et du boulodrome (estimé à 4 M€) alors qu’il y aurait des priorités d’investissements à réaliser pour préserver la nature et la biodiversité.

Par ailleurs, nous ne pouvons qu’être d’accord avec la préoccupation constante d’économiser l’eau. Pourtant, En 2022, les fleurs ont été arrosées en plein été en période de restriction d’eau, en période d’alerte renforcée, puis de crise, le plus haut grade d’alerte à notre connaissance jamais promulgué pour notre commune ! M. le maire s’est défendu en alléguant qu’il avait respecté la loi, car la municipalité a puisé dans les réserves du barrage du Lignon. M. Le maire a décidé de continuer l’arrosage des espaces verts en 2023, tant que les arrêtés préfectoraux l’autoriseront, même en période de restriction d’eau pour les habitants. Ces parterres de fleurs sont presque une provocation pour la population.

Il est bien beau de titrer « L’eau, une ressource à préserver », il faudrait encore que la Mairie montre l’exemple !


Toujours concernant le bon usage de l’eau : qu’en est-il de la réserve d’eau pluviale, construite il y a quelques années à grand frais sous la place Carnot, et toujours inutilisée ?


Que dire des mesures concernant la consommation énergétique ? La baisse de la température des bâtiments correspond à une obligation législative et non à une volonté environnementale. L’éclairage public éteint entre 23h et 5h (comme le demandait Lerpt-Environnement depuis plus de dix ans) correspond à des raisons économiques et non une volonté environnementale ! Il est dommage que ce ne soit que des considérations économiques qui aient prévalues. A noter aussi, l’absence de projets concernant la production d’énergie renouvelable locale.

Que dire des actions de sensibilisation au développement durable ? Bien que nous soyons satisfaits des deux derniers points évoqué dans la liste : lutte contre le gaspillage alimentaire et jardin potager municipal (initiative proposée par notre association), le reste des points évoqués n’a pas de lien direct avec l’environnement (panneau espace sans tabac, accessibilité PMR, …). Nous regrettons également que le partenariat avec Lerpt-Environnement ne soit pas mentionné alors que nous menons des actions de sensibilisation à l’environnement et que nous recevons , de la Mairie, une subvention (essentiellement utilisée pour l’achat et la maintenance du matériel d’entretien des chemins de randonnée par nos soins).


Et enfin, à quoi bon s’étendre sur les engagements multipartenaires, qui restent anecdotiques au regard des enjeux environnementaux du moment ?


L’article du magazine se termine en ces termes : « Préserver, protéger et respecter notre environnement et notre cadre de vie est toujours une volonté forte de la municipalité », des mots qui résonnent en nous mais dont nous avons du mal à percevoir sur le terrain de véritables actions concrètes en faveur de la nature, et de la biodiversité.

En ces temps de crise écologique majeure, de changement climatique, de grande sécheresse, d’extinction massive des espèces, etc… il est du devoir des élus de prendre des initiatives fortes en faveur du climat et de la biodiversité, sans attendre d’y être contraints par la loi pour le faire.

Pour porter des projets plus ambitieux au sein de notre commune, il manque de véritables actions sur le long terme en faisant participer la population aux projets environnementaux et en fédérant les énergies. Les choix budgétaires en découleraient tout naturellement.

Force est de constater que la politique environnementale de la commune n’est pas à la hauteur des enjeux !


135 vues0 commentaire

Comments


bottom of page